Herman et Dominique

Alexandra Pichard

Éditions Thierry Magnier

Big MERCI à la libraire qui m’a mis ce petit livre détonant dans les mains !

Herman partage sa vie avec Dominique, moule de compagnie de son état.

Hem hem ça commence bien, le mec il promène sa moule en laisse, elle lui fait couler un bain chaque soir et ensuite ils regardent Thalassa ensemble (si si Thalassa)…Faudra peut-être expliquer aux plus jeunes quelle émission était Thalassa sinon, il va y avoir une faille référentielle dans la compréhension de l’histoire

La vie semblait bien réglée jusqu’au jour ou Dominique prend la poudre d’escampette sous le prétexte d’aller chercher le pain. Herman, qui n’a rien vu venir, se met à la chercher partout et surtout à Noirmoutier.

Il finit par y rencontrer une huître (c’est qu’il est amateur de mollusque Herman !). La nouvelle compagne se prénomme Marie-Claude. Elle aime plein de choses Marie-Claude et Herman l’invite au cinéma, au restaurant.

Et Dominique dans l’histoire ? On va la retrouver…ça pour changer de vie, elle a fait un sacré coming-out…Je ne suis pas sûre qu’elle s’attendait à une fin de carrière aussi..collective, gourmande et tragique (enfin pas pour elle la gourmandise) !

Et si….

« Les histoires d’amour finissent mal »…disait la chanson !

Pauvre Herman : il n’a pas vu venir la rupture. Dominique, en bonne couarde, s’est sauvée en catimini. Audacieuse moule qui a repris sa vie en main, j’espère que sa fuite n’était pas motivée par un instinct de survie !

Même si la vie ne lui a pas fait de cadeau…peut-être aura-t-elle eu la consolation de retrouver ses congénères…à défaut d’être libre…ou peut-être qu’elle voulait d’une carrière de moule de restaurant…Comment savoir à quoi rêve une moule ? !!

C’est loufoquement décalé et cruel : j’adore ça, surtout la fin en queue de poisson : merci Alexandra Pichard !

Moralité : une moule de perdue, une huître de retrouvée !

Deuxième moralité : l’amour fait mal et revient quand même…(ça peut donner de l’espoir à tout ceux qui se sont fait plaquer un jour sans le voir venir…)

Troisième moralité : à vivre trop longtemps comme une moule, on peut finir dans le plat !

A bon entendeu(se)r !

Un avis sur “Herman et Dominique

Répondre à Christine Olé Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :