Il était une fois une vieille dame qui avait avalé une mouche

Jeremy Holmes

Minedition

C’est encore l’histoire d’un livre qui m’a fait de l’œil, et ça tombe bien car les yeux sont très importants ici !

Pour ceux qui connaissent la comptine « The Old Lady Who Swallowed a Fly », cela devrait vous rappeler quelque-chose.

D’abord il y a ce titre singulièrement long : Il était une fois une vieille dame qui avait avalé une mouche. Ensuite le format : un petit livre central encadré d’un « décor » visage et pieds aux couleurs « ternes » et rétro. Intriguant n’est-ce pas ?

Pour cet objet, un petit livre central est au niveau du ventre, car c’est là que tout se passe. Que se passe-t-il au juste? Tout est dans le titre : la vieille dame a avalé une mouche (quelle idée saugrenue).

« Peut-être allait-elle en mourir. » : Constat ?? Affirmation ?? Prédiction ??

Pour se débarrasser de la mouche la vieille dame avale une araignée. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle met de l’animation dans l’estomac cette araignée « qui tressaillait, frétillait et se tortillait ». Pour se débarrasser de l’araignée, La vieille dame avale, excusez du peu, un oiseau.

Et ainsi de suite, au fil de ce conte randonnée sont avalés un chat, un chien, un serpent : et puis quoi encore ? Une vache (si si vous avez bien lu) ! Et à chaque fois la ritournelle : « Peut-être allait-elle en mourir. ».

Jusque-là elle montre une incroyable résistance à la mort. Tout ce joli monde qui était supposé s’attraper pour occupe les lieux. Est-ce que l’araignée a avalé la mouche ? Est-ce que le chat a attrapé l’oiseau ? Les illustrations suggèrent que oui…mais rien n’est sûr. Après la vache va-t-elle s’arrêter : non…et là elle signe-là son trépas. Si vous ne me croyez pas, le livre parle de lui-même avec…les yeux qui se ferment !

Ce livre est quasiment un film. Les illustrations sont drôles et décalées, et je ne peux m’empêcher de penser à Tim Burton en les regardant : sûrement à cause de l’écriture « osseuse ».

Que faut-il penser de cette histoire ? Déjà je vous déconseille d’avaler une mouche. Ensuite plus on mange gros, plus on a de chance d’y passer. Contrairement à la comptine « Ah tu sortiras biquette » ou le conte randonnée «la moufle », la fin n’est pas heureuse : tout ne peut pas toujours bien se finir. Mais comme c’est servi avec beaucoup d’humour, on prend !

La randonnée ici se présente sous la forme accumulation : un animal succède à un autre et ainsi de suite. La chute est tragique et tombe presque brutalement. Qu’importe : le final est réussi avec la fermeture des yeux de la vielle dame.

J’adore ce livre-objet. La morale est cruelle et le texte délicieux à dire. Toutefois personnellement, je continue de préférer le chocolat et les histoires aux mouches.

A retrouver dans vos bibliothèques !

Un avis sur “Il était une fois une vieille dame qui avait avalé une mouche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :