Le cheval dans le cerisier

Magdalena et Nicolas Duffaut

Éditions Chocolat jeunesse

A Céret il y a une librairie.

En face de cette librairie il y a un cerisier.

Dans le cerisier il y a un cheval.

Les jours passent, le cheval ne bouge pas.

Les saisons passent, le cheval reste dans l’arbre.

Cela commence à inquiéter les gens, qui cherchent comment le faire descendre.

A côté des grands, Ona observe sans mot dire. Jour après jour, elle salue le cheval avant d’entrer dans la librairie. Ona qui ne parle pas regarde le cheval qui ne descend pas. Jusqu’au jour où elle le rejoint. Au milieu des cerises, Ona lit, assise à côté de l’animal. Avant de redescendre elle lui murmure quelque-chose au creux de l’oreille. Chaque jour ainsi jusqu’à ce matin de fin d’été où, à la stupeur générale, le cheval la suit…

Le temps apprivoise bien des choses…surtout la confiance. Ona est peut-être silencieuse mais elle n’en est pas moins observatrice. Elle observe, jauge, ressent. Là où les grands pensent que ça bougera si on s’agite en bas, l’enfant décide d’aller au plus près du cheval pour avoir une chance de comprendre ce qui le pousse à rester perché.

Chuchoteuse Ona ? Parfois c’est ceux qui parlent le moins qui en font le plus. Pour comprendre, il faut se mettre à la portée de l’autre. Si on le secoue, qu’on lui crie des mots de loin où qu’on le menace de quelque-chose, peu de chance à mon sens que l’autre fasse un pas vers nous. Le cheval regarde vers l’horizon. Attend-il quelqu’un ? Cherche-t-il à voir une chose particulière ? Cela doit lui tenir à cœur pour rester aussi déterminé…Ona propose, suggère et un jour elle trouve : le cheval a un rêve…

Quant à la fillette, il se pourrait qu’elle ait plus à montrer qu’on ne le voit au premier abord…

Magdalena nous offre une histoire au parfum léger de l’été. Chaleur, douceur : on entendrait presque les cigales et l’eau de la fontaine. Nicolas Duffaut nous transporte dans des illustrations apaisantes, entre lumière et ombre bienfaisante. J’y vois une invitation à prendre son temps, à s’écouter, à s’asseoir près d’un cheval, à lire, à rêver au bord de l’eau et en attendant le jour où j’irai découvrir Céret, je vais aller préparer une tarte aux cerises !

Un avis sur “Le cheval dans le cerisier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :