Monts et Merveilles

Juliette Binet

Le Rouergue

J’aime flâner dans les librairies. C’est rare que je n’y déniche pas un livre improbable. La semaine dernière à la Bouquinette de Strasbourg, j’ai craqué pour Monts et Merveilles de Juliette Binet. Cet album est sans texte. J’aime de plus en plus ce genre qui permet moult possibles d’interprétation… selon les yeux qui contemplent.

Quelle est donc cette masse ficelée rose ? Derrière la porte, une femme en pantoufles et un homme en chaussettes s’efforcent de faire entrer cette masse chez eux. Une fois le contenu déballé, une grande opération « décoration » semble se dérouler devant mes yeux : peinture, gonflage de ballons, mise en place d’un long ruban bleu, de rideaux…Une journée passe qui laisse place à la nuit, et à ses étoiles cloutées. Dans un même regard le couple contemple son paysage (« Beau travail »), puis s’endort dans l’étoffe rose qui emballait le tout au début. Pendant leur sommeil, quelque-chose pousse…

Le terrain est fertile et la graine y développe des racines. Au petit jour, le réveil est joyeux car d’autres graines ont eu la même chance. Main dans la main, les amoureux partent explorer leur nouveau jardin. Il y a des promesses et des surprises sur le chemin.

Entre sobriété et délicatesse, la poésie est partout et la tendresse évidente. L’album est en fluidité, comme cette étoffe rose qui glisse pour revenir en couverture de nuit. Tout coule de source, tel ce ruisseau qui part du mont pour devenir rivière. Avec une énergie commune l’homme noir et la femme blanche organisent, bricolent, installent, déplient, réalisent ensemble. D’ailleurs je crois que c’est le maître mot « ENSEMBLE » …pas main dans la main en permanence car ça ne serait pas très pratique pour manier le marteau, mais l’essentiel est là. Les yeux sont tournés vers le même horizon…

La fin laisse présager d‘un futur en exploration car, à deux tout semble possible. Peut-être que les projets ont besoin d’espace et de quelques pépins d’imagination pour transformer les murs… Ainsi relookées, les limites deviennent grands espaces. Est-ce que le rêve est devenu réalité ?  

Au réveil le paysage a poursuivi seul la lancée initiée par le couple. Allégorie du jardin d’Éden ? Peut-être ben qu’oui, peut-être bien autre chose…peut-être bien que chacun peut pousser la porte de son jardin s’il l’essaye…peut-être bien que le jardin envisagé surprendra les espérances de son jardinier.

Il y a les limites des murs, il y a les cloisons intérieures propres à chacun, il y a les changements qui s’initient progressivement, qui se posent étapes par étapes, pierre après pierre et il y a le moment où les yeux se lèvent et s’émerveillent.

Est-il plus belle récompense que celle de se surprendre soi-même ?

Monts et Merveilles à portée de rêve (et d’huile de coude) : chouette !

Merci Juliette Binet pour cet album qui donne très envie de parsemer la vie de projets, d’étoiles et d’amour !

Pour les enfants et pour tous les grands : du rêve à la réalité, faut y aller !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :