La Petite Fille qui cueillait des histoires

Soojung Myung

Traduction de Véronique Massenot

L’élan Vert

Chut, ne réfléchissez pas et attrapez la main de la petite fille.

Vous avez vu cette incroyable couverture en pleine page !!!

Même mon chat est sous le charme !

La jupe de l’enfant tourne, tourne et nous entraîne dans un voyage à la rencontre des histoires. La poésie accompagne chaque rencontre sur les différents continents. Soojung Myung nous offre un ravissement visuel tout en mouvement et légèreté comme le ferait le tissu d’une jupe tourbillonnante. Une double page abrite deux contes : les reconnaitrez-vous ?

Au gré de 1001 détails, tel un « Cherche et Trouve », on croise des détails, des clins d’œil, des indices qui nous mettent sur le chemin de moult histoires. Quelle ne fut pas ma joie de rencontrer à quelques pages d’intervalle Alice et Vanna. Et la fillette dans tout ça : parmi les détails, saurez-vous retrouver notre jeune guide ?

De la coccinelle à la fleur précieuse, de la demoiselle joyeuse à la cane voyageuse, de page en page les paysages permettent au lecteur émerveillé d’accrocher des étoiles dans les yeux. C’est chouette de voir que partout sur terre, il y a des histoires pour jalonner le chemin. Et comme par hasard, la plupart des personnages croisés sont…des héroïnes qui portent une jupe !

Peut-être que les histoires qu’on aime nous habillent aussi sûrement qu’un vêtement…

Peut-être que les histoires de notre enfance nous accompagnent partout qu’on aille pour éveiller la magie en toute chose…

Peut-être que les histoires sont des révélateurs des beautés du monde…

Alors en route : à cheval, sur le dos d’un ours ou via la voie 9 ¾, laissez le foisonnement coloré de Soojung Myung donner le rythme de cette danse. Voilà un livre « qui fait du bien ». La formule est simple et efficace. Je ne sais plus quel âge j’ai au moment où j’écris. Cet album est une passerelle entre la poésie des mots, la richesse des contes célèbres et celles des illustrations. En outre il rend hommage à la féminité dans les contes, ce qui n’est pas pour me déplaire !

Les textes sont courts, dialogués : peu de mots pour créer subtil écho à l’imagination. Bravo Véronique Massenot ! Si le chemin sinueux sur la route de la traduction vous intéresse, je vous invite à aller lire ce que la traductrice elle-même en dit sur son blog : http://correspondances.hautetfort.com/

(Maintenant il faudrait que nous parviennent les contes « qui nous manquent » en français…youpiiiii encore des histoires à découvrir !)

Le mot de la fin dit ceci : aie confiance en toi fillette ou dame qui a gardé son âme d’enfant :  soit inspirée par Heidi, Mulan, Hermione ou Mafalda. Si elles sont incroyablement merveilleuses, sans doute aucun tu l’es toi aussi !

Un avis sur “La Petite Fille qui cueillait des histoires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :