Julia à la plage

Matt Myers

Le Genévrier, collection Est-Ouest

Je l’avais déjà fait l’année dernière : partir en vacances au bord de l’océan et en profiter pour glisser quelques albums dans la valise.

Depuis la sublime plage de la Pointe Espagnole, face à l’océan j’ai sorti Julia à la plage.

Et pendant que les filleules faisaient un golf de sable, j’ai plongé dans les pages de Matt Myers…

(Hum, soleil sur papier brillant, parfois ça brille un peu…mais vous me pardonnerez j’espère ?)

L’album donne à voir plus qu’à lire, des doubles-pages à l’acrylique, intemporelles, d’où la brise marine et les petits coquillages s’échappent pour parvenir jusqu’au lecteur.

Julia joue dans le sable. Sous ses doigts, des formes apparaissent. L’enfant, imperturbable, laisse les choses prendre forme sans les anticiper. Cette spontanéité amène bien des questions…comme s’il fallait absolument savoir à l’avance. Les gens passent, et curieux la questionnent, l’interrompent. Laconique dans ses réponses, Julia prend son temps et poursuit, assemble, creuse, bidouille au fil des trouvailles : petits bâtons et coquille d’huître, algues ou capsule…

Il y a cette dame qui s’installe à côté d’elle. Elle a les bras chargés de matériel mais elle ne pose pas de question à l’enfant. Peut-être que des fois, l’important c’est juste de profiter de la musique des vagues, de la caresse du soleil, et de laisser faire les mains…quel que soit le processus de création à l’œuvre.

Le titre anglais est « Hum and swish » et présentement, j’avoue le préférer au titre français. Car je l’entends le fredonnement de l’enfant qui répond au bruissement des vagues, avec entre ses mains, un sable qui tantôt s’écoule, tantôt s’agglutine pour devenir château ou…autre chose…

Cet album me touche énormément. Matt Myers voulait réaliser un album qui évoque cette solitude nécessaire à l’émergence créative. Il nous montre que ce n’est pas immédiat, qu’il faut du temp. Ce temps difficile à appréhender pour les personnes même proches, ce temps qui permet tout, ce temps qui implique de maintenir les autres à une certaine distance…ou qui rassemble si on sait partager les silences !

Il y a Julia.

Il y a l’artiste.

Aussi cette petite merveille d’album peut parler aux enfants comme aux grands qui savent combien le temps peut être précieux. Il y a un certain mystère, c’est subtil l’introversion dans le présent. La lenteur offrira à Julia, à la peintre et au lecteur-spectateur la surprise des créations du jour à la fin du livre.

Avec Julia à la plage, il faut se laisser surprendre, accueillir. Le doux message de ces pages a fait son chemin jusqu’à mon cœur de rêveuse contemplative. C’était l’album parfait pour ce moment hors du quotidien en Charente. J’espère que vous arriverez à entendre son message, fait de ressac et de cheveux dansant au rythme du vent de l’océan !

Un avis sur « Julia à la plage »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :