Main-Oiseau

Benoît Lemennais et Marianne Ferrer

Éditions Motus

J’ai trouvé cette histoire tombée du nid. Je l’ai accueillie, et j’ai murmuré entre ses pages qu’ici, elle serait en sécurité. Alors le livre m’a dévoilé de quel trésor il était habité. Main-oiseau raconte la rencontre avec l’enfant tant attendu, l’enfant rêvé, chéri, idéalisé. Lorsque la petite fille vient au monde, elle est tout cela. Tout est parfait, à une petite exception…presque rien se dirait-on.

Pourtant…

Deux doigts en moins, ce n’est rien. Le bébé a une jolie frimousse, deux bras, deux jambes, deux yeux pour explorer le monde.

Deux doigts en moins c’est terrible, c’est l’option non facultative, la différence à vie.

C’est le papa qui raconte en poésie ce double bouleversement de vie. Car quoi de plus à propos que quelques rimes pour souligner le tumulte des émotions qui accompagnent son tout nouveau rôle de père qui veut préserver son enfant de toutes les moqueries de la terre. La pince de homard sortira de l’eau pour devenir une main-oiseau. Libérée de sa carapace, une petite intervention pour optimiser les chances et voici l’enfant prête à laisser de côté les qu’en dira-t-on pour mieux s’envoler.

Trois doigts au quotidien, c’est parfait pour les ombres chinoises, pour faire du stop, pour attraper la main de ce papa un peu magicien. Puisqu’il faut vivre avec, dépasser les difficultés est une nécessité. Père et fille font équipe pour élaborer des astuces, pour que la vie hors du nid se fasse toutes ailes déployées !

Pour illustrer ce lumineux texte, Marianne Ferrer souligne l’intime et l’injuste dans un camaïeu de bruns et de bleus, transformant les larmes en plumes.

On arrive tous à la vie avec un truc en moins ou un truc en plus. Parfois ça se voit tout de suite. Des fois ça met du temps avant d’apparaître. Ici la fillette aura à apprendre plus tôt que les autres à tenir tête aux attitudes offensivement dédaigneuses. Si ça n’avait pas été à cause de sa petite main, ç’aurait sûrement été pour autre chose. C’est ainsi, la moquerie fait partie de la vie. L’adaptation est la clé-solution. Avec un papa poète qui sait faire des ricochets au ciel, je pressens que la route de la demoiselle sera belle !

Un avis sur « Main-Oiseau »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :