Pain, beurre et chocolat

Alain Serres et Suzy Vergez

Rue du Monde

Quel titre alléchant ne trouvez-vous pas ?

Margaux boude son goûter. Elle voulait une glace à la fraise des bois (rien que ça). Mais ses parents ont décidé fort arbitrairement qu’en raison d’une météo trop chaude, ça serait un casse-croûte. Voilà comment l’enfant se retrouve à maugréer contre son goûter constitué de… pain, de beurre et de chocolat !

En plus, impossible de s’en débarrasser ! Margaux a bien essayé de l’abandonner aux oiseaux du quartier mais le morceau de pain est trop gros pour leurs petits becs. Alors Margaux décide de le regarder «dans les yeux » ce goûter non désiré. Et surprise, elle y aperçoit le père de son camarade Jérôme. Il est boulanger de métier. Qu’est-ce qu’il fait ici ? Oh et juste à côté elle aperçoit des agriculteurs cultivateurs de blé, et puis des meuniers. C’est que ça en fait du monde juste dans le pain de ce goûter. En tournant les yeux vers une autre zone de mie de pain, la fillette découvre avec stupeur des femmes qui confectionnent des sacs pour y mettre la farine, des paludiers pour qu’on puisse ajouter des grains de sel dans la pâte à pain, et puis une énorme équipe de gestionnaires pour avoir de l’eau potable.

Idem quand elle glisse son regard vers le beurre, et je ne vous parle pas du chocolat ! Margaux fait les comptes et elle obtient un nombre de personnes incroyablement grand. La curiosité l’ayant emporté sur la frustration, l’enfant au grand cœur prend la décision de remercier, individuellement, toutes celles et ceux qui ont contribué, de près ou depuis leur lointaine contrée, à la fabrication de son goûter !

Je partage avec vous mon COUP de CŒUR pour ce texte multi-facette d’Alain Serres. Dans sa marmite d’auteur il nous a concocté une histoire documentairo-poétique. Chapeau ! Qui se pose aujourd’hui la question, en grignotant son quignon quotidien, de tous les corps de métier qui sont intervenus pour fabriquer un goûter de pain-beurre-chocolat ? A travers les découvertes de Margaux, nous sommes invités à (re)découvrir le nombre de ressources, humaines et naturelles, qu’il est nécessaire de coordonner pour avoir de quoi manger dans notre assiette. La promenade nous est proposée avec des rimes : ça donne du rythme et c’est drôlement sympa à lire à haute voix !

L’excursion à la recherche des protagonistes du goûter ne serait pas complète sans des illustrations, véritables tickets de voyage ! Suzy Verger campe les paysages, les gens, les métiers avec un je-ne-sais-quoi très gai, qui me rappelle les peintures naïves. C’est tendre, foisonnant et gourmand !

Il est bon de se poser pour considérer ce qui nous entoure, qu’il s’agisse du contenu de notre assiette ou du reste. Meubles, vêtements, livres aussi : qui se cache derrière, ou plutôt en amont de tout produit fini ? Quand j’y songe un peu, je trouve cela vertigineux. Et c’est bien. Dans un monde de l’immédiateté, de l’abondance, de la facilité à portée de clic, où il faut se retrouver en pénurie de graines de moutarde pour prendre conscience que tout ne tombe pas tout cuit dans les rayons des commerçants, Alain Serres je vous remercie… de re-publier pour la troisième fois ce texte. Je – nous en avons tous besoin…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :