L’amour c’est quoi ?

Mac Barnett et Carson Ellis

Traduit de l’anglais par Aimée Lombard

Hélium éditions

Tant qu’à ne pas être une adepte du thème de l’amour dans la littérature jeunesse, après vous avoir présenté Un océan d’amour, aujourd’hui je choisis de partager mes impressions à propos de L’amour c’est quoi ?

Au casting de départ : Mac Barnett pour le texte et Carson Ellis aux pinceaux. Voilà qui est de bon augure !

Un enfant interroge sa grand-mère à propos de l’amour. Il suppose qu’étant donné son âge, elle a sûrement la réponse à cette question. Mais l’aïeule le détrompe. Pour trouver une réponse, elle lui suggère qu’en partant faire le tour du monde, peut-être, peut-être trouvera-t-il sa réponse.

L’enfant se met en route. Chaque personne a droit à LA question : le poissonnier, la charpentière, le comédien, le chat, le chien qui court après ce dernier, le soldat, la fermière, le poète et d’autres encore. Chacun y va de sa réponse. L’amour c’est comme un poisson, une maison, une graine, une épée… Elles sont aussi multiples que les êtres interrogés. Certaines sont courtes. D’autres courent sur plusieurs pages. Certaines sont très concrètes ; d’autres se dérobent, sont plus abstraites, étranges, poétiques. Le pragmatisme de l’enfant lui masque souvent la portée des réponses, ce qui ne manque pas de faire sourire le lecteur.

Toutes les formes d’amour sont ici évoquées. La difficulté du concept s’exprime différemment selon les êtres. La notion de liberté est saupoudrée, de même celle de relation entre deux personnes, l’émerveillement pour le monde qui nous entoure, le regard des autres… L’enfant apprend, comprend, intègre progressivement que la réponse à sa question, il en détient la réponse. Le parcours initiatique a rempli sa mission : celle de se rencontrer soi grâce aux autres.

Les réponses métaphoriques laissent l’enfant dubitatif. Jamais il ne reçoit deux fois la même. Comme la question semble l’obséder, le chemin se poursuit, jusqu’à ce que ses pas le ramènent à son foyer.

L’initiation philosophie est indéniable et évidemment, c’est un des aspects qui me plaît. L’enfant cartésien doute au début, puis découvre la nuance et la liberté de définir lui-même. L’effet comique de par le décalage de perception induit indirectement notre participation : aurions-nous vu les choses ainsi ? J’aime à penser que cet album est intergénérationnel : à tout âge le thème est susceptible d’initier des échanges. Et ce qui est beau c’est que chacun/chacune aura sa définition, son ressenti à proposer.

Merci Mac Barnett et Carson Ellis pour vos délicatesses tissées et offertes à travers ces pages. L’amour c’est quoi ? a conquis mon pragmatisme grâce à la portée universelle de son message. Le coup de cœur fut immédiat lors de notre rencontre. J’espère vous avoir donné envie de le rencontrer.

D’ailleurs un petit défi : l’amour c’est quoi ? A vos réponses…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :