Salix au bord de l’eau

Isabelle Grand et Bianca Spatariu

Le Cosmographe éditions

Vous connaissez la collection Flore du Cosmographe ?

Ce sont des petits albums où une plante est mise à l’honneur dans une petite histoire illustrée, et à la fin de l’album on découvre quelques informations didactiques et créatives. La couverture avec son hublot nous invite à ouvrir le livre : aujourd’hui je vous présente Salix au bord de l’eau…mon préféré !

Salix le saule blanc est l’objet de bien des attentions. Ardéus le héron rêve aux moments où il pourra passer du temps posé dans ses branches délicates. Pollux le castor le lorgne avec des idées très gourmandes, ce qui ne plaît pas à son compagnon ailé. Ardéus apostrophe Pollux, lui reprochant l’état du saule l’an passé, le castor l’ayant généreusement mis à contribution pour construire son nid.

Avec une pointe de taquinerie, Pollux explique à Ardéus que la Nature fonctionne avec la participation de chacun. Et parfois l’intérêt d’un acte peut échapper à la compréhension d’autrui…qui saura pourtant en profiter le moment venu. Le désaccord est de courte durée. Pas facile de se comprendre quand nos intérêts semblent opposés. Ce qui rassemble Ardéus et Pollux les éloigne également. Un peu de dialogue, d’explications et le différend est dilué dans le courant de l’onde.

Par ce petit livre, on aborde les échanges permanents que les animaux et les végétaux entretiennent. L’écosystème de l’étang fonctionne grâce à l’équilibre obtenu avec la participation de chaque composant de son environnement. La notion de régulation a son importance : le castor en « ralentissant » la croissance du saule lui a permis de se fortifier à la saison suivante. Ainsi, il devient un abri solide pour le héron.

Donc : à chacun son rôle et son importance !

Merci Isabelle Grand de nous entraîner dans cette balade instructive et poétique comme le bruissement des branches dans la brise. Les illustrations très « fables » de Bianca Spatariu captent le regard et invitent à la curiosité contemplative (qu’ils sont choux ces animaux humanisés).

A la fin de l’ouvrage, outre les informations scientifiques, vous choisirez si vous avez envie de bouturer un saule ou de tresser ses rameaux : à vous les promenades !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :