Sebastian Meschenmoser : jamais deux sans trois!

Pas de jaloux : j’ai déjà présenté deux albums de la série « écureuil » de Sebastian Meschenmoser : autant vous donner un aperçu des trois autres !

Dans la continuité de L’écureuil et la lune ( https://clarasurlalune.com/2021/03/23/lecureuil-et-la-lune/ ) et L’écureuil et le printemps ( https://clarasurlalune.com/2021/03/22/lecureuil-et-le-printemps/ ), dans ces trois opus les quiproquos se nourrissent de la tendre naïveté des habitants de la forêt. Tout est annoncé avec les illustrations crayonnées qui habillent les pages de garde…et il faut regarder les albums jusqu’au bout ! Entre les deux, ce n’est que fraîcheur de la forêt, poésie et détails hilarants (c’est très difficile de résister au rire qui vous cueille par surprise).

On sentirait presque l’écorce des arbres sur les pages…

En tendant l’oreille on peut entendre la brise ou la bise dans les branchages…

Inspiration : humus, terre, parfum des fleurs et effluves des résineux…

Ouvrez grand les yeux : les détails foisonnent…

A chaque album le voyage sera incroyablement sensoriel !

————————————————————————————————–

L’écureuil et la première neige

D’ordinaire en hiver les animaux hibernent. Mais Bouc a raconté à l’écureuil la beauté du paysage enneigé. Depuis, le petit animal roux fait tout ce qu’il peut pour empêcher Morphée de passer. Comme la curiosité est contagieuse, Hérisson puis Ours se joignent à lui. A eux trois, le premier flocon n’a aucune chance de leur échapper. Encore faudrait-il que les trois amis sachent de quoi il s’agit…

Impatience et enthousiasme des premières fois : voilà ce qui fait vibrer cette histoire ! L’excitation qui précède la découverte de l’hiver est communicative. Les hypothèses vont bon train et en réalité, il y a bien des choses qui répondent à la description « (…) blancs et humides, froids et doux. ». Cocasseries en images en écho aux interprétations décalées, le dénouement, heureusement, ne se fera pas trop attendre !


L’écureuil et l’étrange visiteur

Ours est bien embêté : une étrange créature bleue le suit. Il a bien essayé de la semer mais toutes ses tentatives ont échoué. Paniqué, il vient quérir les bons conseils de son ami l’écureuil. Ce dernier ne voit qu’une explication : la créature doit être un extraterrestre qui veut enlever l’ours. Vite, avec l’aide du hérisson, opération leurre et camouflage…Raté, la créature bleue n’est pas facile à berner. Quelle sera leur tactique suivante ?

Encore une fois, l’écureuil est prompt à se persuader qu’un scénario catastrophe est en jeu. Son énergie entraîne ses amis dans son sillage et hop, les variations d’action rythment l’histoire. Chut, on retient son souffle : gags silencieux, panique contagieuse puis nouvelles hypothèses : la fin montrera que l’inconnu bleu n’est pas si dangereux. La méfiance qui entoure la peur de l’inconnu est représentée avec justesse. Le crescendo enfle à mesure que la peur se renforce. Il ne faudra qu’une toute petite petite chose pour que les appréhensions s’envolent…

Oups…


L’écureuil et le Roi de la forêt

Le bouc a raconté à ses amis à quoi ressemble le roi de la forêt. Un petit chien vient à passer. Avec l’étoile accrochée à son collier et les branches qui dépassent de son cou, l’écureuil est certain qu’il vient de rencontrer le roi de la forêt. Une supposition erronée doublée d’une énergie de folie, voilà l’écureuil et bientôt tous les animaux de la forêt qui imitent les attitudes du petit chien. Petit problème deviendra grand : le marquage de territoire sur commande présente quelques difficultés…

Whoooooo…c’est quand même très très beau !

Comique de situation qui rassemble toute la faune forestière : ça en fait du monde ! Courir, gratter et pisser pour avoir une vie meilleure : quel programme !

Petits grands lecteurs s’en amuseront certainement…et de s’interroger : ça veut dire quoi « avoir une vie meilleure » ?

Oups…encore !

La douce loufoquerie qui imprègne ces histoires rime avec poésie, attachant fouillis, amitié, solidarité…le tout pour le meilleur et pour le rire. Ma présentation s’achève (non exhaustive). J’espère que vous êtes conquis par l’univers unique de Sebastian Meschenmoser, cet incroyable équilibriste des mots et des images !

(pssst, il en fait d’autres des albums : foncez découvrir tout cela !)

Un avis sur « Sebastian Meschenmoser : jamais deux sans trois! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :