Le poisson et l’oiseau

Kim Thùy et Rogé

La Bagnole

Le poisson est dans son bocal.

L’oiseau est dans sa cage.

Tout deux s’ennuient. Un échange commence. Une amitié naît.

L’envie de se rejoindre commence à poindre, enfle et déjà, le poisson saute hors de son bocal. Sans la réactivité de l’oiseau, l’aventure aurait pu mal finir. Très bien, donc c’est l’oiseau qui plongera. Évidemment, ce n’est pas une heureuse idée, et cette fois, c’est le poisson qui nage au secours de son ami.

Faut-il à tout prix diluer les différences pour se rejoindre ?

La beauté de cet album réside dans ce qu’il y a au-delà des mots. Peu de mots, des phrases simples pour un effet poétique puissant. Kim Thùy pose ici un hommage à la différence, et au trésor qui peut se révéler pour peu qu’on ose rester soi-même. Avec une délicatesse incroyable, sous le pinceau aquarellé de Rogé, deux animaux au moral en berne noire vont se découvrir et se parer progressivement au fil des pages d’un rouge et d’un jaune lumineux, chaleureux, radieux !

Quel aspect s’en trouve renforcé : la construction de l’estime de soi ? Ou les perspectives d’expérimenter le vivre ensemble de manière épanouissante ? Les deux évidemment ! Qu’on soit poisson, oiseau, chat, zèbre ou papillon, il nous appartient de nous considérer avec bienveillance. Chercher à voler, nager ou galoper quand ce n’est pas de notre nature ne peut conduire qu’à un égarement de soi. Si cela arrivait (car cela arrive à tout un chacun), il est à souhaiter qu’autour de vous, vous ayez des amis capables d’accueillir avec tolérance vos différences. Se connaître soi, se respecter et s’aimer : vaste programme ! Le plus important certainement… La relation à soi-même est de celle dont il faut prendre le plus grand soin !

Le poisson et l’oiseau est un album qui pourrait sembler « simple » de prime abord. Ne le sous-estimez pas… Il abrite au temps présent tristesse, espoir, désespoir, amitié, reconnaissance, joie. L’invitation à discuter la notion de différence est subtile, car campée par deux animaux opposés, du moins en apparence. Mais, ne serions-nous pas tous différent ?

Ne serait-il pas temps d’apprendre, aux plus jeunes sans oublier les grands, que les différences ne riment pas systématiquement avec exclusion ? J’y vois là l’occasion du susciter de belles discussions avec les enfants.

Sur cette écriture poétique, sur ces illustrations le sont tout autant, j’espère que vous vous arrêterez un instant. Il n’en faudra pas davantage pour que le joli (et essentiel) message du poisson et de l’oiseau vous parvienne via quelques bulles ou par la caresse d’un battement d’aile… ou les deux !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :